JEUNE CREATION 2013

 

Texte d’Elsa Delage

crédits photo : JEUNE CREATION 2013, Centquatre, Paris.

Styx, 2012, film Super 8, muet, transféré sur dvd diffusé en boucle, édition de trois, 1’10’’.
Styx, 2012, film Super 8, muet, transféré sur dvd diffusé en boucle, édition de trois, 1’10’’.

http://www.jeunecreation.org/edition-2013/artistes/benabderrahmane-yasmina/

« Ce que l’on voit, ou ce qui est donné à voir serait ou ne serait pas véritablement ce que l’on voit. »

 C’est naturellement vers les médiums de l’enregistrement du réel, photographie et vidéo que Yasmina Benabderrahmane se tourne. Les apparences sont parfois trompeuses, et, en jouant avec la lumière, les formes et les angles de vue, les possibilités d’altération du réel sont infinies. Les images entretiennent une confusion déstabilisante entre la réalité et sa représentation créant ainsi des amorces de fictions. L’image produit un discours autour d’elle-même, elle interroge son caractère évanescent et sa capacité à troubler.

L’artiste observe et sonde les limites du visible et de l’invisible. La vérité de l’un heurte la vérité de l’autre, mais pourtant le simulacre satisfait le regard car c’est bien volontiers que nous nous laissons duper et désorienter. Ces lieux, formes, structures, corps fragmentés et objets mettent en évidence un monde déstabilisant qui témoigne d’une certaine intériorité, d’un ensemble gardé secret et révélé.

Yasmina Benabderrahmane travaille la matière de l’image, elle utilise la photographie argentique et le film super 8 principalement en noir et blanc. Un grain important ressort de ses productions : un grain quasi épidermique, une enveloppe protectrice qui cacherait et dévoilerait l’objet capturé. Ainsi, l’artiste explore et pénètre ce qui est enfoui, souterrain et intime.

Au Centquatre, Yasmina Benabderrahmane propose trois pièces placées au mur et au sol. Ce mode de présentation crée un univers absorbant et hypnotique interrogeant le cour de l’eau comme cour de la vie ainsi que la représentation du néant. L’artiste entremêle techniques anciennes et techniques modernes, cette manière d’âme « techno mélancolique » est caractéristique de son travail.

 

2012, film Super 8, muet, transféré sur dvd diffusé en boucle, édition de trois, 2’30’’.
Hallucination hypnopompique, 2013, film Super 8, muet, transféré sur dvd diffusé en boucle, édition de trois, 2’30’’.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s